Le syndicat CGT des postiers et services postaux de Paris

362/362
100/362
30/362
115/362
82/362
113/362
82/362
60/362
23/362
28/362
24/362
91/362

Adresse de l’Union Départementale aux syndicats parisiens et appel à la grande journée d’action du 8 octobre

Publié le 17 août 2015   dans   Actualités  

Le chômage ne cesse de progresser dans notre pays malgré les multiples artifices mis en place pour maquiller les chiffres. La loi dite de sécurisation de l’emploi, la loi Macron, le projet de loi Rebsamen sur le dialogue social sont autant d’attaques faites au monde du travail. Partout en Europe sont mises en place des politiques austéritaires frappant de plein fouet le monde du travail. En France, malgré les attaques répétées d’un gouvernement aux ordres de l’UE et du patronat, menant une politique toujours plus libérale, les salariés, les retraités et les privés d’emploi ne se sont pas résignés pour autant. Organisés, persévérants, ils ont mené de nombreuses luttes avec la CGT.

Dans les manifestations contre le projet Hirsch, les agents hospitaliers ont dénoncé les repos supprimés, la rigueur imposée à l’hôpital public. Les salariés du commerce se sont mobilisés à plusieurs reprises pour dire « augmentez les salaires, pas les horaires ! » et « travailler le dimanche, c’est non ; travailler la nuit, c’est non aussi ! ». Les grévistes de TFN ont revendiqué, notamment, le 13ème mois pour tous. Au CIDJ, les salariés en lutte se sont battus contre le plan de licenciement ». Et ce n’est pas tout : les cadres d’EDF disent non au forfait-jour, des luttes ont lieu pour que les maisons de retraites aient les moyens de fonctionner, des salariés protestent contre le projet du patronat sur les retraites complémentaires qui consisterait à partir à 67 ans, sauf à subir des décotes insupportables.
Depuis 2012 et l’élection de François Hollande les attaques contre les salariés, les retraités, les privés d’emploi se sont multipliées pour répondre aux exigences du patronat et de la troïka. Les entreprises ont continué à bénéficier de milliards d’exonération de cotisations sociales et d’allègement fiscaux notamment au travers du CICE ( Crédit Impôt Compétitivité Emploi) sans aucune contrepartie.

Dans ce contexte du « toujours plus de rigueur et d’austérité pour les salariés, les retraités, les privés d’emploi » et du « toujours plus de cadeau au patronat » la mobilisation interprofessionnelle est plus que jamais nécessaire, dans l’unité la large possible.
L’UD Paris appelle d’ores et déjà les syndicats à s’inscrire dans la préparation de la journée de mobilisation interprofessionnelle du 8 octobre, en tenant des réunions d’information, des assemblées générales, pour construire le rapport de forces nécessaire à l’impulsion d’une journée de mobilisation massive.

Le 8 octobre mobilisons pour nos emplois, nos salaires, une protection sociale de haut niveau.

Haut de page | Plan du site | Aide | À propos du site