Le syndicat CGT des postiers et services postaux de Paris

367/367
100/367
30/367
118/367
85/367
113/367
82/367
61/367
23/367
28/367
25/367
91/367

Souffrance au travail, il faut que ça cesse ! La CGT s’adresse aux directeurs des DOTC et des DTELP

Publié le 25 février 2011   dans   Actualités  

Les causes de cette souffrance au travail, la CGT les dénoncent depuis longtemps : suppressions d’emplois, réorganisations incessantes, management par la peur, casse des métiers, abandon du service public, salaires au rabais, durcissement des conditions de travail, augmentation effrénée de la productivité, non respect de la vie privée, contrôles Securex, contrôles des titres de transport, flicage à tout va, concurrence entre agents, sécabilité, non respect des règles RH par les directions locales, dossiers disciplinaires montés pour pouvoir licencier, mépris des organisations syndicales et du dialogue social… Aujourd’hui, un grand nombre de syndicats et de médias confortent l’analyse de la CGT. Cette direction doit maintenant prendre en compte les revendications du personnel et agir concrètement pour mettre fin à ces situations de grande souffrance.

La Poste qui vante tant son modèle social rejoint la liste, déjà longue, des entreprises confrontées à des cas de suicide imputables au travail

L’an passé à La Poste 71 agents ont mis fin à leurs jours. Dernièrement, c’est un collègue d’un bureau de Poste de Vitrolles qui s’est donné la mort. Ce postier a laissé une lettre à son épouse qui dit clairement que son acte était lié à sa situation au travail depuis la réorganisation qui lui pesait beaucoup, avec un management axé sur la rentabilité maximale des salariés. Contactée par l’AFP, la direction de la Poste a refusé d’établir tout lien entre le suicide de son employé et les conditions de travail. Circulez y’a rien à voir. Pourtant, La poste était prévenue puisqu’elle a confirmé avoir reçu un courrier de l’agent décédé. Combien d’actes désespérés va-t-il falloir pour que la direction prenne les mesures nécessaires ?

Le rapport du syndicat des médecins de prévention

La CGT n’est plus la seule à dénoncer ces situations. Le syndicat des médecins de prévention est lui aussi monté au créneau. Dans leur rapport, il est écrit noir sur blanc en préambule que "les rapports annuels des médecins du travail soulignent depuis plusieurs années une dégradation de la vie au travail". Parmi les problèmes de santé recensés, le rapport pointe du doigt "des suicides ou tentatives de suicide", supposés liés exclusivement au travail, dans "toutes les régions", "tous les métiers" et aux "différents niveaux de l’entreprise". Selon ce même rapport, "le taux d’absentéisme pour maladie atteint des seuils sans précédent. Les agents à la distribution sont confrontés à des situations d’épuisements physiques et psychiques". Une "très forte augmentation" des accidents du travail et maladies professionnelles a été constatée. Le nombre de congés non accordés et de pressions exercées sur certains salariés pour qu’ils quittent l’entreprise explosent également.

A Paris aussi la situation est grave pour les postiers

Le climat social ne cesse de se dégrader, l’humain a de moins en moins sa place et seuls ceux qui sont responsables de cela font semblant de ne pas le voir. Les pétages de plomb et tentatives de suicide se multiplient sur les deux DOTC. Ces dernières semaines, nous avons assisté à une hausse sans précédent d’actes désespérés : à la PIC de Gonesse, un collègue a tenté de mettre fin à ses jours, à Paris 19, un autre collègue a pété les plombs parce qu’encore une fois on lui massacrait sa tournée, à Paris 20, c’est une collègue que la direction a poussé à bout et à Champerret PDC, un collègue est dans le désarroi le plus complet depuis qu’il est menacé de licenciement pour avoir mangé une fois à la cantine sur son temps de pause et avoir endommagé un véhicule, cet agent a toujours été noté B et a toujours fait correctement son boulot. Tout cela est insupportable !

Depuis de nombreuses années, la CGT fait part du danger mais la direction nous oppose un déni total : soit, c’est une situation personnelle qui est évoqué, soit c’est une exagération de notre part . Aujourd’hui, la CGT adresse solennellement un courrier aux directions parisiennes. Ces directions ne pourront pas dire qu’elles n’étaient pas averties ou qu’elles n’ont pas su voir les problèmes comme les dirigeants de France Telecom ont pu l’affirmer avec le plus grand cynisme il y a peu de temps. Non, les directions parisiennes devront répondre de leur attitude et de leurs actes devant les postiers, devant les médias et devant les citoyens.

LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL NE S’OBSERVE PAS, ELLE SE COMBAT !

Ce tract a été envoyé aux médias sous la forme d’un communiqué de presse.
Lire la lettre ouverte adressée aux directeurs des DOTC et DTELP.

Courrier DTELP

Courrier DOTC

Haut de page | Plan du site | Aide | À propos du site