Le syndicat CGT des postiers et services postaux de Paris

358/358
100/358
30/358
114/358
79/358
113/358
82/358
60/358
23/358
28/358
24/358
91/358

Nouveau suicide à la Poste : assez de discours et de commissions... des actes et des moyens tout de suite !

Publié le 2 novembre 2012   dans   Actualités  

Un nouveau drame vient de se dérouler au sein même de La Poste de La Fère dans l’Aisne où un postier âgé de 55 ans a mis fin à ses jours en allant se pendre dans son bureau le mercredi 31 octobre après-midi.

La CGT tient à apporter toute sa solidarité à sa famille, ses proches ainsi qu’à ses collègues postiers.

Combien de drames faudra-t-il encore supporter pour que le processus destructeur qui génère un épuisement physique et psychique des postiers soit enfin stoppé ?

Combien de morts va-t-il falloir pour que ce gouvernement prenne des mesures ?

Quel changement ont vu les postiers et les salariés de ce pays depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir ? Aucun.

Aujourd’hui, c’en est plus qu’assez et les postiers sont tristes et en colère.

Aujourd’hui il y a urgence à reconsidérer ceux qui travaillent et qui sont bien les seuls à produire de la richesse.

Déclaration de Bernard Dupin, élu CGT au Conseil d’Administration de la Poste

La Poste traverse une grave crise sociale et managériale : humiliations et burn-out, désorganisation de l’activité, injonctions paradoxales, pathologies de surcharge... La décision de supprimer massivement les emplois et de réorganiser sans contrôle l’entreprise est à l’origine d’une conduite du changement pathogène et de la dégradation de l’état de santé physique et psychique des postiers.

D’autre part, en guise de dialogue social, La Poste connait le flicage des consignes et des activités quotidiennes, les sanctions disciplinaires ou l’exclusion des agents qui ne peuvent suivre le rythme, la chasse aux militants syndicaux qui défendent une autre politique, l’humiliation des cadres qui refusent de faire de l’abattage.

Parallèlement, des « réorganisations » successives désorganisent l’activité et font baisser au total la qualité de service de 50 %.

Il y a aujourd’hui plus qu’une situation d’urgence à prendre en compte à La Poste et qui nécessite des mesures concrètes alors que les postiers sont confrontés à des discours de bonnes intentions de la part des dirigeants de La Poste ou a un mutisme complet du ministère de tutelle qui est pourtant le premier actionnaire du Groupe.

La Direction de La Poste et les deux actionnaires que sont l’Etat et la Caisse des dépôts et Consignations doivent prendre toutes leurs responsabilités au niveau social et humain en changeant de politique et de mise en œuvre de leur stratégie.

Si l’on recherche l’imputabilité des suicides ou à déterminer des responsabilités, il parait évident que le système économique et la stratégie politique poursuivie maintenant depuis des années au sein de ce grand Groupe public est responsable de cette situation dramatique.

Une politique basée sur les suppressions d’emplois, la vente du patrimoine, la baisse des charges, la recherche de la productivité à tous prix, un management agressif ou la course aux dividendes, a trouvé ses limites dramatiques.

Il est temps désormais de considérer que La Poste n’est pas un service marchand, mais un service public qui doit répondre aux besoins de la population.

Il devient urgent et possible de faire des choix qui permettent aux salariés de s’épanouir au travail tout en lui donnant du sens et en préservant l’équilibre vie professionnelle/vie privée.

Tout doit être mis en œuvre pour que les salariés de La Poste sortent de leur isolement et trouvent dans l’action collective une issue porteuse d’espoir et de perspectives.

<script type="text/javascript">var addthis_config = {"data_track_clickback":true};</script> <script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js#pubid=ra-4e2d75c92ac14db1"></script>

Haut de page | Plan du site | Aide | À propos du site