Le syndicat CGT des postiers et services postaux de Paris

367/367
100/367
30/367
117/367
86/367
113/367
82/367
61/367
23/367
28/367
25/367
91/367

80 % de grévistes à Paris 8

Publié le 18 mai 2010   dans   Distribution   >   Paris 08  

Hier lundi, on comptabilisait 75 à 80% de grévistes au centre de distribution de Paris 8, soit 180 grévistes sur le bureau dont 140 présents au piquet de grève dès 6 heures. Ce matin, au deuxième jour du conflit, le personnel était encore plus nombreux rue de La Boétie puisqu’on comptait 150 agents au piquet de grève.

Le personnel, après s’être rassemblé, a décidé de partir en manifestation jusqu’au siège de La Poste de Paris Nord, rue des Renaudes dans le 17ème. Les organisations syndicales ont été reçues à 9 heures. Mais une fois encore la direction locale et la direction de Paris Nord se sont renvoyé la balle et ont refusé d’ouvrir toutes négociations affichant ainsi tout le mépris qu’ils ont pour le personnel et ses revendications. Le syndicat CGT des Postaux de Paris dénonce cette attitude et réaffirme les revendications du personnel :

-  non aux 50 suppressions d’emplois
-  non à la sécabilité
-  non au stress, à la dégradation des conditions de travail
-  non à toute mutation d’office
-  Maintien des jours RTT
-  Transformation en CDI des CDD

La CGT dénonce l’irresponsabilité de la direction de Paris 8 relayée par la direction de Paris Nord et de La Poste. Pour seule réponse aux revendications répétées du personnel, ces deux directions n’ont répondu que par des provocations et par le mépris.

La poursuite du mouvement a été décidé pour demain par l’ensemble des collègues grévistes qui se réuniront une nouvelle fois mercredi 19 mai à 6h30 devant le bureau de Paris 8 (49 rue de la Boétie).

La Poste persiste et signe dans sa volonté de briser un service public auquel est attaché la plus grande partie de la population (plus de 2 millions de personnes s’étaient exprimées contre la privatisation de La Poste). Elle se sert de l’image des facteurs pour vendre ses produits et dégager des bénéfices en vue de satisfaire l’appétit vorace de futurs actionnaires. Dans la réalité, elle ne fait qu’aggraver des conditions de travail déjà déplorables et sacrifie sur l’autel de la rentabilité à la fois la vie de ses agents et la qualité de service rendue aux usagers.

Nous ne laisserons pas La Poste devenir un autre France Telecom.

Haut de page | Plan du site | Aide | À propos du site